8 février 2021

Vigie covid-19

Il y a maintenant plus de 1 an que cette pandémie mondiale évolue. Au Québec, elle a chamboulé notre quotidien en mars 2020 et nous demande depuis sans cesse des adaptations. La Vigie préhospitalière de la COVID-19 a été créée afin de permettre une meilleure compréhension des impacts sur nos activités. La situation continue d’évoluer et les modèles de propagation du virus changent. Les vagues montent, mais aussi se calment. Nous devons malgré tout demeurer vigilants. Nous conservons nos objectifs de suivre cette situation de façon rigoureuse, de mesurer les impacts avec la constante préoccupation d’assurer une protection rigoureuse de nos paramédicaux.

La situation actuelle démontre une transmission communautaire persistante, une variation démographique comparativement à la vague du printemps 2020 et ainsi des variations dans le tableau descriptif des populations atteintes. Le lien épidémiologique se perd parfois dans l’étude de la contagion. Et il existe aussi des impacts collatéraux non négligeables avec des pénalités d’accès aux soins lorsqu’une suspicion non pertinente de la COVID-19 est appliquée à une personne atteinte d’un autre problème de santé urgent.

Puisque chaque intervenant, dans la trajectoire du patient, a un rôle qui lui est propre, un outil unique est difficile à développer. Le groupe de travail incluant CCS préhospitalier et urgence a donc uniformisé l’approche, mais l’outil variera selon les groupes.

Les CCS feront un dépistage rapide des symptômes généraux évoquant un risque de transmission d’un virus respiratoire. Les urgences feront un questionnaire incluant des liens épidémiologiques étendus pour orienter les patients en zone chaude, tiède ou froide, en attente d’un résultat de test de dépistage au besoin.

Avec l’accès au patient, à son environnement et à sa famille, le TAP est à même de recueillir l’information la plus juste et la plus complète rapidement. Pour la plupart des régions, cette collecte d’information migrera vers un appareil portatif (type téléphone cellulaire, SONIM) qui servira de guide et permettra de recueillir les données en arrivant au chevet d’un usager. Il est de la responsabilité du TAP de compléter les informations de vigie préhospitalière de la COVID-19 pour tous les patients.

L’analyse des données recueillies visera à développer une stratégie pour mieux départager les patients porteurs ou non porteurs de la COVID-19 au sein des services préhospitaliers et permettre d’ajuster les recommandations pour les suites de la pandémie. De même que cette pandémie, la vigie évolue. La nouvelle vigie Covid-19 sera lancée le 10 février prochain.

Pour de plus amples détails, veuillez consulter la vidéo explicative, disponibles  sur https://extranet.prehospitalierquebec.ca/ ainsi que sur les BID-TAP et BID-PR

 

 

© Gouvernement du Québec, 2021.